BARA de Madagascar

Photos & Vidéos de BARA

lundi 7 novembre 2016

Besoin de zébus

"Prières, bouses et potions pare-balles : La vie d'un zébu dans la tribu Bara"Zébu

   Voici un reportage de Deb Tanni et de Thomas Page publié par CNN le 02.11.2016. 


   "Avec ses 592.000 km², Madagascar est la quatrième plus grande île dans le monde. L'Île Rouge possède un de ses écosystèmes les plus fascinants, abritant 200 000 espèces animales et végétales connues, mais aussi 20 différents groupes ethniques.

   Voici l'histoire commune d'un animal et d'un groupe ethnique : Le ZEBU et la tribu BARA, plus précisément du village de Sakamaninga.


Des bêtes sacrées :
Le zébu - une espèce de boeuf à bosse - est précieux, voire sacré et indispensable à l'économie de la tribu.

   Les Bara vivent au sud-ouest de l'île dans une région connue pour sa large variété de terrain, couvrant des formations de grès, des canyons profonds et des terres de hautes herbes. C'est à travers ces paysages reculés que la tribu guide son bétail.

   Ils ont gagné leur réputation de guerriers féroces par nécessité. Effectivement, ils doivent protéger à tout prix leur bétail ainsi que leurs axes de passage avec des lances traditionnelles mais aussi des fusils de chasse.


   Les propos de Fernando Samby : "Le Zébu peut nous sauver dans n'importe quelle circonstance" rappellent ce proverbe Bara :  

"Tsy misy raha tsy efitsin’aomby amin’ny Bara"

"Tout est réalisable grâce aux zébus chez les Bara"

   Ce jeune bouvier de 16 ans, fils du Roi de village Sakamaninga, rajoute que : "Si nous avons besoin d'argent pour la nourriture alors nous n'avons juste qu'à vendre un zébu".

   Samby alterne l'école avec la surveillance des troupeaux pastoraux qui peut occuper des jours entiers.

  "Je commence tôt le matin" dit-il. "Après le petit-déjeuner, je sors le bétail de leur enclos, ensuite, je reste dehors avec eux toute la journée, pour ne revenir qu'en fin d'après-midi".

   Samby patrouille avec un fusil de chasse pour repousser les malaso, ces voleurs de bétail. Il travaille dans les mêmes conditions difficiles que la tribu Mundari du Soudan du Sud. 

   A l'instar des Mundari, un lien rapproche l'homme et la bête. Le bétail est considéré comme un intermédiaire entre la tribu et le Dieu. Les prières pour leur bien-être sont récitées chaque matin par le Roi Samby et le parc à zébus (vala)  a une connotation spirituelle.

   "Il faut se déchausser et se découvrir avant d'entrer dans le vala" explique le fils du roi. "Même la bouse de zébu est manipulée à même les doigts parce qu'elle n'est considérée comme souillée. Après avoir bu du lait de la vache, le récipient utilisé doit être lavé et l'eau doit être jetée à l'Est, la direction sacrée".


Mariages rouges

   Le respect de la tradition est primordiale chez les Bara, particulièrement lors  du mariage. Le zébu est encore impliqué ici. Les prétendants doivent prouver leur bravoure par des "razzias de bétail". "Ce n'est plus commun dorénavant" dit l'anthropologue Clément SAMBO. "Ils voleraient seulement un ou deux zébus pour montrer la force. Le choix était de voler ou de faire face à l'emprisonnement le cas échéant".



   Les vols de bétail dans le cadre de rituel de mariage se font rares de nos jours, même le zébu constitue toujours le dot matrimonial. On donne le bétail aux parents d'une jeune mariée et seulement quand ils sont tous abattus est le couple considéré a épousé, explique le Roi Samby.*

  Étant donné le caractère sacré du bétail, les Bara font tout pour protéger leurs troupeaux, y compris le recours aux conseils clairvoyants de l'Ombiasy.

   "Il y a deux différentes sortes d'Ombiasy" dit Clement SAMBO, "Le mauvais et le bon. Les mauvais sont considérés comme des sorciers et les bons sont responsables de garder la paix dans la société et ils sont souvent des guérisseurs, des astrologues, des sages-femmes et des tradi-praticiens malgaches".

   Un Ombiasy peut utiliser une combinaison de potions pour protéger le bétail de voleurs, explique l'anthropologue
  • Le Too-ja-ka "pour s'étendre" en malgache permet au bétail de s'enfuir à l'approche des voleurs. 
  • Le Si-ham-ba-la-ha-fa provoque la mort du zébu dès qu'il rentre dans le parc du 
  • Le oly bala est une potion protégeant le bétail et les propriétaires des balles.

   Il arrive alors que les prétendants ne font plus de razzia sur les troupeaux de zébu. Ils se contentent juste de négocier".

   Je vous invite à consulter le site Bara pour confirmer ou corriger ( * ) le contenu de ce reportage. Dans tous les cas, CNN nous a fait un beau cadeau à travers les 3 courtes vidéos associées et qui nous donnent un bel aperçu sur la huitième édition du festival de karitaky à Ranohira.

 
        
  
  
  

   Vous trouverez à cette page les 3 liens vers les 3 vidéos : 

(accès à la page vidéo)
Photo du mois


dimanche 9 octobre 2016

Besoin de rituel

Rituels - Protection

        Après l'introduction sur les besoins humains, poursuivons notre inventaire sur les besoins supposés secondaires mais important pour notre bien-être ou plutôt pour nous donner assurance face aux aléas de la vie.

            Chez les Bara les événements les plus importants nécessitent un rituel où le zébu servira à connecter le groupe sur terre aux ancêtres du panthéon. Un dicton résume cette foi : 


" Tsy misy raha tsy efitsin’aomby amin’ny Bara"

" Tout est réalisable grâce aux zébus chez les Bara" 

(source : Les Bara de Madagascar - Une civilisation du boeuf" Luigi Elli - page 64)

               Il en est de même chez les sociétés dont le PIB est nettement plus élevé tels que la Corée du Sud. Ce pays qui sert de modèle de développement ne peut pas s'affranchir de rituel avant de tourner une série télévisée par exemple, sauf qu'ici c'est le cochon qui en fait les frais !

  

  


   

                                        


(voir le document séquence 18mn13)

Misaengmul (2015) Bonus - épisode 2

Baek Seung Ryong (백승룡) Ahn Yong Jin (안용진), Kwak Kyung Yoon (곽경윤) 


Photo du mois 



jeudi 8 septembre 2016

Besoins & Envies

Situation de manqueAlimentation

   Les Bara sont comme n'importe quel malgache et tout autre peuple à travers le monde, c'est à dire ils ont BESOIN :

  • d'air (respirer) - rivotsy (miay ) 
  • d'eau (boire) - rano (misotro)
  • d'aliments (manger) - sakafo (mahakama)
  • de déféquer et d'uriner - mivala (arirano – fiamotoa)
  • de s'abriter (habitation) - trano (anjomba)
  • de s'habiller (vêtement) - fitafia (sarimbo)
  • de se reposer (dormir) - matory (miroro)
  • de se reproduire (sexualité) - maneraky (milongo)
  • de mourir (laisser la place aux nouvelles générations) - maty (nila bonaky)

   Ce qui différencie les Bara des autres c'est leur BESOIN de zébus car :


 "Tout est réalisable grâce aux zébus chez les Bara"


   Quand les 9 besoins vitaux sont assouvis alors l'être humain éprouve d'autres besoins :

  • de sécurité - fandriampahalemana
  • de richesse - harena
  • de seconde funérailles - havoria (volamena)
  • ect - sns.

   En fonction de leur localisation les hommes ont des besoins secondaires propres à leur culture. Les besoins des occidentaux ont été hiérarchisés par Abraham Maslow. Il a publié dans le livre "A Theory of Human Motivation" les résultats de ses recherche en 1943.


(source)
   L'influence et le fait de copier le mode de vie des étrangers à travers le monde ont transformé petit à petit nos manières d'être...

   Aujourd'hui les malgaches éprouve le besoin de se faire des selfies...


(source)
    Il est question d'image de soi ici : le besoin de reconnaissance, le besoin d'exister au sein du groupe...



   Nos sociétés modernes ont ensuite créé des besoins...

Photo du mois



__________________

Mise à jour le 05.11.2016 :

(lire l'article)
__________________

Mise à jour le 16.11.2016 :





lundi 1 août 2016

Rebellion malgache



   Qui n'a pas lu dans ses manuels d'histoire l'épopée du Vy Vato Sakelika 1913-1916  et du Mouvement Démocratique de Rénovation Malgache 1946-1947 (VVS et MDRM) ?

   Les Bara ne sont pas en reste puisqu'il y eu des insoumis tels que :

  • Ramieba
  • Inapaka
  • Laitafika, fils de Ramieba, arrêté pour insoumission puis exécuté par les troupes françaises le 15 mai 1897

   Que reste-t-il de cette capacité de manifester face à l'injustice en 2016 ?

   Ce reportage nous donne un aperçu de la situation malgache qui, grosso-modo, semble être identique à celle des autre nations "timides" à l'instar des "nuits debout" française...

   Ouvrons le bal en donnant la parole au célèbre juriste... 

   "Izay manitra vao - Nous sommes sommes à la recherche de ce qui est clinquant (...) Excusez-moi mais la notion de république n'a pas de sens pour les malgaches" 
Raymond Ranjeva (séquence 3mn25)  

   "Ny adidy tsy an'olon-dratsy - Parce que ce n'est pas aux mauvais que l'on confère les devoirs" 
Prince Tsimamanendry (séquence 4mn59) 

   "Avoir du pouvoir en 2016 à Madagascar (...) l'être est confondu avec l'avoir ici et le pouvoir aussi"
Masolo-Valiavo Andriamihaja  (séquence 6mn31)

  "je ne croit pas qu'Il y ait le culte du héros dans la tradition malgache parce qu'il y a lle phénomène de la jalousie dès que quelqu'un s'élève tout le monde se met ensemble le ramener au même niveau". 
Sylvain Urfer (séquence 7mn47) 

 "Monja Jaona était sensible aux problèmes fonciers (...) un héros"  
Gabriel  Rabeharinana (séquence 9mn19)  

   "ils deviennent des contestataires silencieux Said... 1972-19991-2002-2009 il y a eu des meneurs (...) mais des opportunistes (...) puis ils ont intégré le système (...) alors qu'être rebelle c'est l'avoir dans l'âme et le rester"
Masolo-Valiavo Andriamihaja (séquence 10mn58) 

   "le mouvement du groupe Mahaleo des années 1970"
Bekoto (séquence 11mn39)


"le maître Vergès malgache"
Willy Razafinjatovo - alias olala (séquence 12mn34)
e

   "les malgaches ne sont pas passifs (...) mais ils ne savent pas revendiquer" 
Virginie Razafindravola (séquence 13mn58) 
ONG Fanamby



  

   


   

   

   Voici la solution d'après ce fin connaisseur de la société malgache : "Remplacer le "fihavanana familial" par le "fihavanana citoyen". Traiter l'autre le voisin comme un parent et  il y a quelque chose dans le fond culturel de la population malgache qui se prête à ça et qui ne demande qu'à être développé".
Urfer  (séquence23mn32) 


   "celui qui paye ses impôts est déjà un rebelle (car la plupart ne le font pas)  ! 
Tsilavina Razafinirina (séquence24mn52)

Document source :



   Supplément commentant le document précédent : 




Photo du mois

FITIBA

Musiques du mois

   Vous trouverez sur ce site annexe quelques artistes engagés.

(voir les vidéos)